Chargement Évènements
Cet évènement est passé

LES RENCONTRES D’ARTISTES RÉSIDENTS

Les Ensembles 2.2 invitent des artistes à investir l’atelier résident du Shadok en partenariat avec Paradox[a] afin de participer à la circulation des oeuvres, des idées, de favoriser les échanges, les croisements et la collaboration artistique.

Nous avons donc le plaisir de vous inviter à rencontrer les artistes en résidence. 

 

Lynn Pook

Rencontre avec l’artiste le 1er mars à partir de 19 heures au Shadok

Lynn Pook, première invitée du cycle de résidences, partagera ses recherches à la confluence des arts visuels et sonores. Lors de cette rencontre, l’artiste vous parlera d’un projet sonore autour des « ouvrages de dames », comme le tricot ou le crochet, et de leurs rapports au temps et à l’espace à travers des entretiens audios sur cette pratique manuelle.

#son # temps #espace #témoignage #transimission
http://www.lynnpook.net/

 

Gaëtan Gromer

Rencontre avec l’artiste le 29 mars à partir de 19 heures au Shadok

Gaëtan Gromer vous présentera Prospective cities, un projet d’installation générative se déployant au carrefour de l’oeuvre plastique, des arts numériques, de la vidéo et de la création sonore en 3D. Elle repose sur l’idée de faire apparaître une ville imaginaire érigée dans l’instant à partir de divers éléments visuels et sonores réels collectés sur le terrain et donnant vie à une métropole possible. 

#prospective #morphing # écosophie #mécatronique #urbanité #spatialisation
https://gaetangromer.com/

 

Art-Act (ANNULÉ)

Rencontre avec les artistes le 4 avril à partir de 19 heures au Shadok

Troisième invité du cycle de résidence, le duo Art-Act est une entité binaire, constituée de Gaspard et Sandra Bébié-Valérian, qui utilise les moyens de l’art pour une «invention du quotidien», se détacher des normes, pour une politique de la récupération et du retournement.

#environnement #électronique #énergie #hyperindustriel #société
http://art-act.fr/

 

Autres rencontre à venir

Une rencontre avec l’artiste strasbourgeoise Marine Froeliger à l’occasion de sa résidence de recherche autour du projet Schieweschlawe