Description du projet

Distribution :

directeur artistique / artistic director : Gaëtan Gromer

directeur technique / technical director : Benoit Jester

producteur délégué : Les Ensembles 2.2

coproducteur : L’Ososphère

avec le soutien financier de : La Région Grand Est, le Centre National Cinématographique (CNC), Le Shadok

Enapolis est une œuvre qui rapporte le regard critique et inquiet de l’artiste sur l’évolution actuelle de l’urbanisme face aux catastrophes climatiques. Elle s’inspire des « immeubles mondes », dans lesquels il serait possible de passer toute une vie, de la maternité à la morgue, sans jamais en sortir.

Le projet en quelques mots :

L’œuvre se place volontairement dans un contexte de fiction possible : de prospective. Elle prend la forme de ce que pourrait être une exposition dans le futur, qui mettrait en scène l’extérieur de la ville habitée par les visiteurs de ce musée fictif. Face à la représentation de cet immeuble monde dont ils ne peuvent pas sortir et dont ils ne connaissent donc pas l’aspect, ils découvrent en filigrane le portrait de son créateur. Probablement un de nos contemporains, ce dernier est obsédé par les données car elles semblent pouvoir l’aider à planifier la catastrophe à venir et donc les étapes de son pharaonique chantier. Cette installation multimédia, à la fois visuelle et sonore, nous renvoie au rêve humain de la vie éternelle qui pousse à la reproduction inlassable de mêmes schémas, et nous interroge sur les traces qui pourraient rester de l’humanité dans un futur post-anthropocène. Grâce à des procédés de data-sonification, l’oeuvre donne une forme sensorielle, appréhendable, à ces données qui forment en quelque sorte la matrice de notre impact environnemental.

The work takes voluntarily place in a prospective context. It takes the form of what could be an exhibition in the future that would show the outside of the city inhabited by visitors. Faced with the representation of a building world from which they can’t leave and therefore don’t know the aspect, they discover in filigree the portrait of its own creator. He might probably be one of our contemporaries, obsessed with data because it seems to help him for planning the disaster to come. This multimedia installation, both visual and audible, takes us back to the human dream of eternal life that drives the unflagging reproduction of the same patterns. It questions us about the traces that could remain of humanity in a post-anthropocene future. Thanks to data-sonification processes, the work gives a sensory, apprehensible form to these data, which in a way form the matrix of our environmental impact.

Pour plus d’informations, contacter Doriane Thiery : prod@le2p2.com