Wacken, Strasbourg

2024-04-11T10:14:03+01:00

Dompter les rivières / Die Flüsse zähmen

Photo: ©Naohiro Ninomiya

Détails

Gratuit

A partir de 10 ans

Durée : 1h


Co-producteurs

Festival Musica
Le Maillon – Scène européenne

Lieu

Quartier Wacken
Strasbourg

Départ : Parvis du Théâtre Maillon

DOCUMENTAIRE . PATCHWORK . MUTATION

Une fiction sonore également disponible en version allemande – Die Flüsse zähmen – dès le 18 avril !

Eine geolokalisierte Hörfiktion, die ab dem 18. April auch in der deutschen Version(Die Flüsse zähmen) verfügbar ist!

“BIENVENUE AU WACKEN !

Délimité par l’Ill au nord-est,

l’avenue Herrenschmidt à l’ouest,

la place de Bordeaux au sud et traversé par l’Aar et le canal de la Marne au Rhin.

Le Wacken figurez-vous signifie

« petits cailloux »

Nous sommes

à l’emplacement des anciens lits du Rhin

ici, longtemps, ce ne fut rien

le bout du bout de la ville

terre humide

où nul n’habite”

Dompter les rivières est une fiction sonore géolocalisée, plurielle et polyphonique, qui donne à entendre, le temps d’une balade, la multiplicité des facettes du Wacken, quartier patchwork en perpétuelle mutation.

Un personnage fil rouge, inspiré de la voyante tunisienne présente lors de l’exposition coloniale de 1924, nous guide à travers les siècles et les espaces. Elle nous permet de naviguer entre son présent, le nôtre, et un futur plus lointain (2123). Sa voix en croise d’autres plus neutres, factuelles, emportées, poétiques ou encore politiques. Dompter les rivières, c’est aussi l’histoire d’un lieu qui se met en scène en fonction des idéologies qui l’habitent. Un lieu sauvage et veiné d’eau qui peu à peu, de grands récits en grands récits, cède la place à un environnement utilitariste, complètement maîtrisé. 

Mais, sous le décor de cette perpétuelle comédie, l’eau s’écoule toujours paisiblement à la recherche d’interstices propices à son jaillissement.

Une fiction sonore disponible sur l’application dédiée – GOH

En savoir plus

Gaëtan Gromer Compositeur, artiste et réalisateur sonores. Né en 1978, il vit et travaille à Strasbourg. Il est également directeur artistique des Ensembles 2.2 (studio de création sonore). Il fait régulièrement converser son travail avec d’autres disciplines et a notamment travaillé avec Maria La Ribot, Valérie Manteau, Hélène Gaudy, Etienne Fanteguzzi, Sebastian Dicenaire, Clara Olivares, LNLO, Samuel et Léo Henry, luvan, Zahra Poonawala, Stéphane Perger, Espèce de collectif… Il se produit et expose régulièrement à Strasbourg (Musica, Ososphère, ONR, TNS, PMC, Maillon, Pôle Sud, etc.), mais aussi, entre autres, au MAMCO (Genève), au CAC (Vilnius), au CCAM (Vandoeuvre), à l’Oiseau Mouche et au Gymnase (Roubaix), au Laboral (Gijon), au Transient (Paris), à Accès)s( (Pau), au Digital Life (Rome), aux Electric Nights (Athènes), etc.

Eve Risser est une compositrice, pianiste et improvisatrice dont la musique se nourrit à part égale de jazz, d’improvisation, de tradition écrite et de musique contemporaine. Après avoir intégré le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris dans la classe de jazz, elle obtient en 2008 un prix du conservatoire, ainsi qu’un prix de soliste au Concours national de jazz de la Défense. Elle crée en 2019 le Red Desert Orchestra, suite à un fort intérêt pour l’Afrique et une réflexion sur la place du musicien en occident.

Antoine SpindlerFormé au Conservatoire de Strasbourg ainsi qu’à l’Université de Strasbourg en musicologie, il s’est spécialisé dans les musiques électroacoustiques et mixtes. Il enseigne dans la classe de Création et Interprétation Électroacoustique au Conservatoire et à la L’Académie Supérieure de Musique-Hear de Strasbourg. Tout en gardant une activité d’instrumentiste classique (alto), il co-crée en 2009 le collectif Les Ensembles 2.2 et participe depuis à de nombreuses créations et festivals. Actuellement, il joue au sein du trio Jafta avec lequel il sort l’album Traces et dans le duo Svië avec lequel il crée le disque Port Data.

Lucie TaïebNée à Paris en 1977, elle est agrégée d’allemand en 2002 et obtient le titre de docteur en littérature comparée en 2008. Elle est actuellement maître de conférences en études germaniques à l’Université de Brest. Elle pratique une écriture qui traverse divers genres: la poésie, le roman, l’essai et son travail s’associe régulièrement à celui d’artistes. Lucie Taïeb a publié plusieurs recueils de poèmes, ainsi que deux romans aux éditions de l’Ogre. Son deuxième roman, Les échappées, s’est vu attribuer le Prix Wepler en 2019. Elle est également traductrice, notamment de poètes autrichiens parmi lesquels Ernst Jandl et Friederike Mayröcker.

La Ville de Strasbourg, la Région Grand Est, le FEDER, la Collectivité Européenne d’Alsace (CEA), la DRAC Grand-Est et CREAA – Université de Strasbourg.

Crédits

Texte : Lucie Taïeb

Réalisation : Gaëtan Gromer

Musique : Antoine Spindler, Eve Risser

Voix : Fayssal Benbahmed, Pauline Leurent, Maxime Pacaud and Marie Seux

Voix (Allemand): Amélie Belohradsky, Katja Harsdorf, Christophe Palz, Moritz Pliquet

Studio d’enregistrement : Innervision

Traduction : Tatjana Marwinski

Prises de son : Antoine Spindler

Application: GOH

Production : Les Ensembles 2.2

Co-production : Festival Musica, Theater le Maillon – Scène européenne

Schiltigheim Ouest

2024-01-29T13:51:52+01:00

Oniropolis

Visuel: ©Naohiro Ninomiya

Détails

Prix : Gratuit


Organisateur

Festival Musica

Lieu

Schiltigheim
Départ : Parc des Oiseaux, rue de Cronenbourg

ANTICIPATION . RÊVES . TECHNOLOGIE

À partir de 10 ans

Durée : 45/60 min

Dans un futur proche, Oniropolis, un réseau social d’un genre nouveau, est un véritable phénomène auprès des adolescents. Il permet d’enregistrer, géolocaliser et partager ses rêves. Il permet également, grâce à  sa célèbre carte onirique, de glaner les rêves des autres utilisateurs. 

Mais depuis quelques heures, l’application est à l’arrêt. Un bug semble s’être déclenché dans le programme, quelque part en France, vraisemblablement à Schiltigheim. L’entreprise décide alors d’envoyer quelqu’un à l’intérieur d’Oniropolis pour déterminer l’origine de la panne et nettoyer le système. Cette personne, c’est vous.

Oniropolis est une fiction sonore à ciel ouvert, imaginée et produite par Les Ensembles 2.2. Il s’agit d’une histoire à écouter dans les rues de Schiltigheim qui vous transporte dans un monde imaginaire au travers d’un récit d’anticipation.

L’auteur, Sebastian Dicenaire, vit et travaille à Bruxelles, mais est né à Schiltigheim. Avec le duo de compositeurs strasbourgeois Svië, il retourne dans sa ville d’origine pour y créer une fiction sonore qui explore l’univers des rêves et des réseaux sociaux.

Prenez votre téléphone, téléchargez GOH, mettez vos écouteurs et commencez à déambuler. Les secrets enfouis de l’application Oniropolis vous attendent à Schiltigheim…

En savoir plus

Oniropolis est le fruit d’un processus de création familier des trois artistes : l’immersion sur le territoire, puis l’utilisation de la matière récoltée – sons, récits, témoignages des habitants – comme inspiration pour l’écriture et la composition. 

Pour Schiltigheim, ce contenu a été enrichi par la participation des élèves de huit classes des établissements scolaires de la ville, qui ont partagé le regard qu’ils posent sur leur lieu de vie, à travers des anecdotes et des histoires, réelles ou imaginaires. Certains élèves ont même eu l’opportunité de créer un “détour” : un petit parcours sonore exclusif, résultat du travail pédagogique mené auprès d’eux.

 

Toute cette matière a servi de point de départ aux artistes, afin de créer un univers littéraire et sonore intriguant et imprégné des lieux.

Sebastian Dicenaire est né en Alsace, il travaille aujourd’hui à Bruxelles. Écrivain, poète, auteur de fictions radiophoniques et de podcasts, il utilise le langage autant à l’écrit qu’à travers le son ou la vidéo. Il a publié des ouvrages de poésie (Döner-kebab, éd. Héros-Limite ; Personnologue, éd. Clou dans le fer ; Dernières Nouvelles de l’Avenir, éd. Atelier de l’agneau… ). Dans ses performances, il essaie de repousser les limites de l’imagination du spectateur en l’incitant à se créer son propre « cinéma mental » mêlant textes et son. Ses fictions radio mêlent de nombreux genres – poésie et science-fiction, mythologie et technologie – et ont été primées dans de nombreux festivals.

Svië est un duo composé de Gaëtan Gromer et Antoine Spindler, artistes sonores et compositeurs de musique électro-acoustique.

Gaëtan Gromer mène une activité de création aux confluents de la composition, de la performance et de l’installation multimédia. Il utilise l’étonnant pouvoir de suggestion et d’immersion du sonore pour livrer un regard sur le monde, un point d’ouïe particulier, pour “dire” avec le son.  Il est l’un des lauréats du prix européen d’arts numériques Imagina Atlantica 2012 à Angoulême et a écrit la musique de Juste l’embrasser de Samuel Henry, prix SABAM au festival international du film fantastique de Bruxelles en 2008.

Antoine Spindler est altiste et enseignant à la Haute école des Arts du Rhin. Membre du Quatuor Ethos et de l’Ensemble Plurium, il a également joué au sein de l’ensemble Linéa et avec l’orchestre Philharmonique de Strasbourg. Il s’est produit sur de nombreuses scènes comme, par exemple, au Festival Musica à Strasbourg, à la Tonhalle de Zurich, ou encore à l’Asian-Pacific Contemporary Music Festival à Séoul en Corée du Sud. Il se spécialise dans les musiques électroacoustiques et mixtes, notamment avec le Live.Animated.Orchestra ou en intégrant le trio Jafta.

Région Grand-Est et DRAC Grand-Est

Crédits

Direction artistique : Gaëtan Gromer

Texte : Sebastian Dicenaire

Musique : Svië (Gaëtan Gromer, Antoine Spindler)

Prises de son : Svië

Visuel : Naohiro Ninomiya

Voix : Pauline Leurent, Milan Morotti

Intervenants pédagogiques : Arthur Gander, Hugo Siclier, Sylvain Debrock

Derush entretiens et ateliers : Valentin Hetzel

Production : Les Ensembles 2.2

Co-production : Festival Musica

Remerciements : Sylvie Zorn, les élèves et professeurs des différents établissements pour leur implication dans le projet.

Belval, Esch-sur-Alzette

2024-01-29T13:49:29+01:00

Détails

Prix : Gratuit


Organisateur

Esch2022

Lieu

Belval, Esch-sur-Alzette, Luxembourg

Début du parcours :
8 Porte de France, Belval

SCIENCE-FICTION . ANTICIPATION . DATA

À partir de 10 ans

Durée : 30 / 45 minutes

Bienvenue à Belval, siège de l’Acid-Reine company, l’entreprise du numérique la plus prometteuse de ces dernières années. Pourquoi êtes-vous venu.e ici exactement ? Et que savez-vous de l’Acid-Reine company ?

Dans ce parcours sonore d’anticipation, une entreprise innovante propose de recycler vos données numériques en énergie verte quasi illimitée. Mais ce succès est teinté de mystère : des deux fondateurs de l’entreprise, l’un est devenu fou, et l’autre a disparu dans des circonstances inexpliquées…

Le récit invite à “passer la frontière” : celle entre le visible et l’invisible, le réel et l’imaginaire ; entre Belval et le reste du monde. La composition musicale retranscrit l’étrangeté du quartier : un lieu moderne, en mutation, multicouches, aux frontières de l’irréel.

Acid-Reine Cie. a été créé dans le cadre du projet In the field, pour Esch2022, Capitale européenne de la culture.

En savoir plus

Belval est un espace délimité, un lieu riche en histoires, qui ne laisse pas beaucoup de place à l’imaginaire, à l’errance, à la marge, à l’inachevé. Cela a donné aux auteurs l’envie de proposer un contre-récit, d’imaginer l’envers du décor.

Ainsi, le quartier a servi de lieu d’incarnation pour le texte, a fixé sa forme et ses limites. La géographie des rues a structuré la narration, a imposé des chapitres, des divisions, des respirations, une ligne de partage. Cette transposition de l’univers fictif dans le réel a aussi servi de trame de fond pour les différents thèmes de l’histoire : le traitement de la data, le rapport entre le numérique et le vivant, les dérives des nouvelles technologies, …

Les compositions musicales retranscrivent l’étrangeté émanant de Belval. Un lieu moderne, en mutation, multicouches, mais qui semble flotter en permanence aux frontières de l’irréel, où il est parfois difficile de distinguer ce qui est authentique de ce qui ne l’est pas, ce qui est “fini” de ce qui se construit. Une sensation qui a fortement coloré la musique.

Belval est un lieu de traces visibles, de sons qu’on interprète plus qu’on ne les identifie. Les compositeurs ont voulu jouer avec cette frontière en proposant des sons ultra-travaillés qui semblent pourtant parfaitement naturels ou en utilisant des enregistrements quasiment bruts qui, hors contexte, semblent complètement stylisés. À l’écoute attentive, certains sons semblent se distinguer mais, chaque fois, quelque chose sème le doute…

Sebastian Dicenaire est né en Alsace, il travaille aujourd’hui à Bruxelles. Écrivain, poète, auteur de fictions radiophoniques et de podcasts, il utilise le langage autant à l’écrit qu’à travers le son ou la vidéo. Il a publié des ouvrages de poésie (Döner-kebab, éd. Héros-Limite ; Personnologue, éd. Clou dans le fer ; Dernières Nouvelles de l’Avenir, éd. Atelier de l’agneau… ). Dans ses performances, il essaie de repousser les limites de l’imagination du spectateur en l’incitant à se créer son propre « cinéma mental » mêlant textes et son. Ses fictions radio mêlent de nombreux genres – poésie et science-fiction, mythologie et technologie – et ont été primées dans de nombreux festivals.

Svië est un duo composé de Gaëtan Gromer et Antoine Spindler, artistes sonores et compositeurs de musique électro-acoustique.

Gaëtan Gromer mène une activité de création aux confluents de la composition, de la performance et de l’installation multimédia. Il utilise l’étonnant pouvoir de suggestion et d’immersion du sonore pour livrer un regard sur le monde, un point d’ouïe particulier, pour “dire” avec le son. Il est l’un des lauréats du prix européen d’arts numériques Imagina Atlantica 2012 à Angoulême et a écrit la musique de Juste l’embrasser de Samuel Henry, prix SABAM au festival international du film fantastique de Bruxelles en 2008.

Antoine Spindler est altiste et enseignant à la Haute école des Arts du Rhin. Membre du Quatuor Ethos et de l’Ensemble Plurium, il a également joué au sein de l’ensemble Linéa et avec l’orchestre Philharmonique de Strasbourg. Il s’est produit sur de nombreuses scènes comme, par exemple, au Festival Musica à Strasbourg, à la Tonhalle de Zurich, ou encore à l’Asian-Pacific Contemporary Music Festival à Séoul en Corée du Sud. Il se spécialise dans les musiques électroacoustiques et mixtes, notamment avec le Live.Animated.Orchestra ou en intégrant le trio Jafta

Avec le soutien d’Esch2022, Capitale Européenne de la Culture, ainsi que du Ministère de la Culture français, de la DRAC Grand Est, de la Région Grand Est, du Centre National de la Musique, de la Collectivité Européenne d’Alsace, du département Meurthe-et-Moselle, de la Ville d’Esch-sur-Alzette, de la Ville et Eurométropole de Strasbourg, du LISER (Luxembourg Institute of Socio-Economic Research), du festival Musica et du Puzzle Thionville.
En partenariat avec Residhome Luxembourg et le Cottage Luxembourg.

Crédits 

Texte : Sebastian Dicenaire

Musique : Svië (Gaëtan Gromer, Antoine Spindler)

Prises de son : Marc Namblard

Illustration : Valérie Etterlen

Voix : Matëo Granger, Yann Hartmann, Pauline Leurent (version française), Richard Doust, Ella Perrin (version anglaise)

Studio Voix : Innervision

Direction artistique : Gaëtan Gromer

Production : Les Ensembles 2.2

Remerciements : Le Fonds Belval

Lasauvage

2023-07-26T16:19:35+01:00

Détails

Disponible jusque décembre 2023


Prix : Gratuit


Organisateur

Esch2022

Lieu

Lasauvage, Differdange
Luxembourg

Début du parcours

Rue principale de Lasauvage, au niveau de l’église

FANTASY . ÉTRANGE . LÉGENDE

À partir de 12 ans.

Durée : 45-60 minutes

 

Ici, il y a des histoires sous la terre. Des bruits. Des échos. Des voix. Tendez l’oreille et vous les entendrez. Elles cavalcadent le long des pentes. Elles chevauchent les brumes matinales. Elles s’attardent une fois le soleil tombé derrière les collines.

LaSauvage a été écrit par Steve Toase et mis en musique par Eric Holm. Ce parcours sonore s’inspire de la légende de La Femme Sauvage, dont le village où il est situé tire son nom : une femme mystérieuse vivant dans les bois alentours, tantôt guérisseuse, tantôt sorcière.

La narration s’est formée à partir de plusieurs récits, qui ont subi une série de processus de transformation inspirés de ceux utilisés pour l’extraction et le travail du fer. Le passé industriel de la région se retrouve ainsi au cœur des textes, fusionnant avec les légendes. La musique fait naître une atmosphère intrigante, retranscrivant l’âme du lieu et ses histoires cachées.

LaSauvage a été créé dans le cadre du projet In the field, pour Esch2022, Capitale européenne de la culture.

 

En savoir plus

Influencés par l’approche de Jeff Noon dans Cobralingus, les textes ont été déformés, remaniés et reconstitués pour créer quelque chose de nouveau. En fusionnant ainsi la légende de La Femme Sauvage avec le passé industriel de la vallée, celui-ci se retrouve au cœur du récit et le texte en est complètement transformé.

Le parcours accorde une place importante aux frontières, qui sont au cœur du folklore qui entoure la légende de La Femme Sauvage : frontières entre notre monde et le monde souterrain, entre l’humain et l’animal, entre la civilisation et la vie sauvage, entre les damnés et les sauvés. Certaines frontières sont déjà présentes dans les mythes locaux, comme celui de la Pierre de Cron, sous laquelle La Femme Sauvage s’est étendue, se laissant entraîner dans les enfers. D’autres sont générés par le processus aléatoire utilisé pour l’écriture : celui-ci crée une tension où l’écrivain n’a pas le contrôle total de la forme finale des histoires et la structure du texte, se trouvant constamment à la frontière entre lisibilité et chaos.

La musique quant à elle, laisse percevoir des accords “en suspens”, qui ne se terminent jamais vraiment, créant une tension, une incertitude quant aux émotions transmises.Les accords se jouent en séquence mais également seuls, chacun débordant presque sur le prochain, chacun constituant une transition vers un nouvel état de perception. Tout cela se produit en parallèle d’une ambiance mouvante et chatoyante en arrière-plan, faîte de sons majoritairement enregistrés sur site. Ces derniers sont façonnés afin d’évoquer un sentiment de vie, de montrer l’âme du lieu, mais aussi les histoires cachées derrières les rochers et les arbres, sous les maisons, enterrées dans les mines et dans la terre elle-même.

La conception sonore n’est pas destinée à servir de bruits de fond pour la narration, mais à compléter, contraster, et, par endroits, entrer en conflit avec les histoires. En se promenant d’un endroit à l’autre de Lasauvage, les environnements sonores offerts à l’écoute font ressortir des aspects spécifiques des lieux et les entremêlent avec l’écriture. Cette approche a permis d’extraire des éléments qui connectent pleinement l’auditeur aux mots et à la terre, suggérant parfois des choses cachées juste au-delà des limites de la perception immédiate et de la conscience. Écoutés au casque, les sons créent une expérience incroyablement proche du lieu, tout en connectant l’auditeur à un personnage caché qui n’est pas facilement visible à la surface de Lasauvage.

Steve Toase est auteur. Né dans le nord de l’Angleterre, il vit actuellement à Munich, en Allemagne. Dans ses œuvres de fiction déconcertantes, des arbres peuvent faire de l’auto-stop et des ours jouer aux échecs sur des places ensoleillées. Il écrit régulièrement pour le mensuel Fortean Times et le webzine Folklore Thursday. Ses fictions ont été publiées dans de nombreux magazines, ainsi que dans l’anthologie The Best Horror of The Year.  À partir de 2014, il a travaillé avec Becky Cherriman et Imove sur le projet Haunt,  à propos des sans-domiciles fixes de la ville de Harrogate et du contraste dérangeant entre leur situation et la prospérité économique de la ville. Son premier recueil de nouvelles, To Drown In Dark Water, a été publié  en avril 2021 chez Undertow Publications 

Eric Holm est un artiste sonore et compositeur américain. Son travail est lié à des lieux spécifiques : il utilise des enregistrements de terrain, s’inspirant de divers endroits, pour créer des paysages sonores immersifs. Plongeur depuis 20 ans, ses compositions ont pour thèmes les nombreuses dimensions de la mer et de sa relation personnelle avec elle. Son premier 33 tours, Andøya (2014), était un projet de terrain réalisé à partir d’enregistrements de pylônes de communication qui reliaient des stations d’écoute sur une île isolée de l’Arctique norvégien. Il a été suivi de Barotrauma (2016), réalisé à partir d’enregistrements près d’Oslo. Son dernier travail, Surface Variations (2020), une réflexion sur La Mer de Debussy, a été réalisé lors d’une plongée sur la côte sud de l’Angleterre. Eric s’est produit dans toute l’Europe et au Royaume-Uni. Son travail est publié sur Subtext.

Avec le soutien Esch2022, Capitale Européenne de la Culture, ainsi que du Ministère de la Culture français, de la DRAC Grand Est, de la Région Grand Est, du Centre National de la Musique, de la Collectivité Européenne d’Alsace, du département Meurthe-et-Moselle, de la Ville d’Esch-sur-Alzette, de la Ville et Eurométropole de Strasbourg, du LISER (Luxembourg Institute of Socio-Economic Research), du festival Musica et du Puzzle Thionville.
En partenariat avec Residhome Luxembourg et le Cottage Luxembourg.

Crédits 

Texte : Steve Toase

Musique : Eric Holm

Prises de son : Eric Holm, Marc Namblard

Illustration : Valérie Etterlen

Voix : Mathilde Melero (version française), Ashley Billings (version anglaise)

Studio voix : Innervision

Direction artistique : Gaëtan Gromer

Production : Les Ensembles 2.2

Remerciements : Frédéric Humbel, Minett Park

Audun-Le-Tiche

2023-07-26T16:19:47+01:00

Détails

Disponible jusque décembre 2023


Prix : Gratuit


Organisateur

Esch2022

Lieu

Audun-Le-Tiche
Moselle

Début du parcours : à proximité du Fond de Kahler, Ottange

Parking : repère 16 de la départementale 15


À partir de 10 ans

60 / 90 minutes

FANTASY . CONTES . QUÊTE

À partir de 10 ans

60 / 90 minutes

Ensemble nous allons partir à la recherche d’une mystérieuse créature qui hante le bois depuis une éternité. Je ne suis plus en état de me déplacer malheureusement, mais grâce à cette application, je vais pouvoir te guider. D’ailleurs, elle nous permettra aussi de capter et d’entendre la voix de cette mystérieuse créature pour comprendre qui elle est et ce qu’elle fait là. Enfin, si tout fonctionne comme prévu.

La Borne de Fer est un parcours sonore où les participants sont dirigés par le concepteur d’un “détecteur de zones d’émission sonore”. Le but est de découvrir ce qui se cache dans les bois depuis l’époque romaine, en retrouvant les bribes d’histoires éparpillées dans la forêt.

Imaginée à partir de l’histoire de la région, cette quête s’inspire également du potentiel poétique et légendaire de la forêt de la Borne de Fer et de son paysage marqué par l’extraction minière.

La Borne de Fer a été créée dans le cadre du projet In the field, pour Esch2022, Capitale européenne de la culture.

En savoir plus

Les récits traversent plusieurs époques, du temps des romains jusqu’aux temps modernes. Ils sont intrinsèquement liés à la forêt et à l’activité minière qui a structuré la région au fil des siècles. Dans la mesure où il n’existait pas de légendaire pour la forêt de La Borne de Fer, les artistes ont eux-mêmes inventé des légendes à partir de l’histoire de l’extraction du fer et d’un personnage qui hanterait les bois depuis l’Antiquité.

Dans la rédaction des histoires, on retrouve de manière très présente le thème des frontières. Il est abordé à différents niveaux : le premier, le plus évident, est celui qui porte sur la frontière entre l’espace de la forêt et des espaces plus civilisés (ville, champs, fermes…). Un autre s’est établi entre l’humain et le monstre, ou plutôt le regard que l’on porte sur le monstre. On peut aussi envisager une frontière entre le temps de la balade et les espaces temps convoqués par les récits.

D’autres thématiques transparaissent dans les textes, notamment celle de l’appât du gain. Les traces de l’exploitation du fer dans le paysage, visibles partout dans la forêt, rappellent combien de personnes à travers l’histoire ont cherché à s’enrichir sur ce territoire. Le parcours choisit ici de transposer cette quête de richesse en créant une légende où les hommes ne chercheraient pas uniquement du minerai, mais bien un vrai trésor caché au cœur de La Borne de Fer.

La composition musicale vient s’inscrire dans un paysage sonore existant déjà très riche.

Au début du parcours, la voix d’un narrateur apparaît sur un grand chemin séparant forêt et champ. Cette voix masculine est celle de la personne qui a créé l’application que l’auditeur utilise, afin de retrouver un trésor perdu. On entend aussi la voix féminine qui essaye d’attirer l’auditeur dans la forêt, car elle y est prisonnière depuis l’Antiquité.

Le contraste entre ces deux voix permet de créer une frontière très nette entre la nature sauvage (la femme qui essaye d’attirer l’auditeur dans la forêt) et le monde civilisé (le maitre du jeu qui a créé l’application). Tout au long du parcours, on entend une voix qui oscille entre le parlé et le chanté, afin de rappeler l’univers des contes, qui sont depuis la nuit des temps accompagnés d’instruments. Antoine Spindler joue pizzicato (cordes pincées) sur son alto pour rappeler cet aspect.

Conteur professionnel, Matthieu Epp présente ses spectacles en France, en Belgique et au Québec ; sur des scènes de théâtre, mais aussi dans les festivals de contes, les médiathèques, les maisons de retraite et les écoles. Entre 2013 et 2018, il a développé le projet « Il y a des portes», mélange de spectacle vivant, podcast, jeu vidéo, écriture numérique et improvisation. Lauréat du dispositif Tango&Scan, il mène depuis 2017 des ateliers de création de jeux vidéo dans des collèges. Il développe également la chaîne YouTube de la compagnie Rebonds d’histoires, et a créé « Les Runes d’Odin », un spectacle qui croise jeu vidéo et narration, où la participation du public influe sur l’histoire racontée.

Svië est un duo composé de Gaëtan Gromer et Antoine Spindler, artistes sonores et compositeurs de musique électro-acoustique.

Gaëtan Gromer mène une activité de création aux confluents de la composition, de la performance et de l’installation multimédia. Il utilise l’étonnant pouvoir de suggestion et d’immersion du sonore pour livrer un regard sur le monde, un point d’ouïe particulier, pour “dire” avec le son.  Il est l’un des lauréats du prix européen d’arts numériques Imagina Atlantica 2012 à Angoulême et a écrit la musique de Juste l’embrasser de Samuel Henry, prix SABAM au festival international du film fantastique de Bruxelles en 2008.

Antoine Spindler est altiste et enseignant au conservatoire, à l’Académie supérieure de Musique de Strasbourg. Membre du Quatuor Ethos et de l’Ensemble Plurium, il a également joué au sein de l’ensemble Linéa et avec l’orchestre Philharmonique de Strasbourg notamment. Il s’est produit sur de nombreuses scènes comme, par exemple, au Festival Musica à Strasbourg, à la Tonhalle de Zurich, ou encore à l’Asian-Pacific Contemporary Music Festival à Séoul en Corée du Sud. Il se spécialise dans les musiques électroacoustiques et mixtes, notamment avec le Live.Animated.Orchestra ou en intégrant le trio Jafta.

Avec le soutien d’Esch2022, Capitale Européenne de la Culture, ainsi que du Ministère de la Culture français, de la DRAC Grand Est, de la Région Grand Est, du Centre National de la Musique, de la Collectivité Européenne d’Alsace, du département Meurthe-et-Moselle, de la Ville d’Esch-sur-Alzette, de la Ville et Eurométropole de Strasbourg, du LISER (Luxembourg Institute of Socio-Economic Research), du festival Musica et du Puzzle Thionville.
En partenariat avec Residhome Luxembourg et le Cottage Luxembourg.

Crédits 

Texte : Matthieu Epp

Musique : Svië (Gaëtan Gromer, Antoine Spindler) 

Prises de son : Marc Namblard

Illustration : Valérie Etterlen

Voix : Sylvie Brucker, Matthieu Epp (version française), Richard Doust, Julia Whitham (version anglaise)

Studio Voix : Innervision

Direction artistique : Gaëtan Gromer

Remerciements : Ecole élémentaire Jules Ferry (Russange)


Production : Les Ensembles 2.2

Schifflange – Kayl

2023-07-26T16:20:12+01:00

Détails

Disponible jusque décembre 2023


Prix : Gratuit


Organisateur

Esch2022

Lieu

Réserve naturelle de Schifflange
Luxembourg

Début du parcours : parking du stade Jean Jacoby


À partir de 10 ans

Durée : 60 / 90 minutes

SCIENCE-FICTION . BIOGRAPHIE . RADIOASTRONOMIE

À partir de 10 ans

Durée : 60 / 90 minutes

Regardez au loin. Vous voyez la masse inexpressive du Tremplin de Belval. Ses tentacules articulées dressés à la verticale, comme les piques d’un oursin fourrageant le ciel, les vertèbres d’un brachiosaure. Le Tremplin. Notre fierté de verre et d’acier.

Ruby est née de l’imagination de l’autrice luvan et de la compositrice Charo Calvo.

Le récit s’inspire directement des lieux : de la terre rouge semblable aux plateaux d’Australie, des plantes millénaires, de la vue sur Belval, des vestiges des exploitations minières… et nous emmène à la découverte du destin exceptionnel de Ruby Payne-Scott, radioastronome australienne passionnée de botanique, qui aurait été parfaitement à sa place dans ce décor.

Le texte, ponctué de références scientifiques, laisse une grande place aux éléments de science-fiction, inspirés de la vue saisissante, « extrahumaine » de Belval.

Ruby a été créée dans le cadre du projet In the field, pour Esch2022, Capitale européenne de la culture.

En savoir plus

Un territoire des extrêmes, à la fois ancestrale carrière de fossiles et lieu de renouveau, de lichens, de mousses et d’orchidées. Un endroit d’extraction, d’exploitation, mais aussi de renaissance. Tout au long du texte, des références scientifiques sont présentes. On y retrouve également des principes biologiques et naturalistes.

Tous ces thèmes sont traités en parallèle de celui des frontières. Celles-ci sont nombreuses : entre la terre et le cosmos, entre le passé et le futur, entre la surface et ce qu’il y a sous terre. On explore aussi la frontière du réel : et s’ il y avait une autre Terre ? Et si la réserve naturelle de Schifflange était l’endroit où deux dimensions se croisaient ?

luvan est autrice. Son travail s’axe sur l’élaboration de lieux imaginaires complexes, à la fois utopiques et dystopiques, lui permettant de commenter et d’anticiper l’actualité. La fiction est pour elle un outil de réflexion sociale et politique. Passionnée par le son et les matières orales traditionnelles, elle écrit également des pièces de théâtre, pratique la performance et réalise des créations radiophoniques. Elle est membre actif du collectif d’écrivains de science-fiction Zanzibar aux côtés, entre autres, de Sabrina Calvo, Alain Damasio, Catherine Dufour et Léo Henry. Historienne de formation, luvan (de son vrai nom Marie-Aude Matignon) a vécu en Afrique, dans le Pacifique, en France, en Chine, en Scandinavie et en Belgique avant de s’installer en Allemagne.

Compositrice électroacoustique, ingénieure du son et professeure, Charo Calvo est originaire d’Espagne et vit actuellement à Bruxelles. Après s’être produite comme danseuse avec la compagnie belge Ultima Vez, elle étudie la composition électroacoustique au conservatoire de Bruxelles. Son travail se développe à travers différents médias, et est diffusé dans des événements internationaux. Elle a reçu plusieurs prix, dont le Prix Marulic 2018 Croatie et le Grand Prix Nova Bucarest 2019. Elle a été sélectionnée comme représentante de la Belgique à l’ISCM 2020 World avec son œuvre “The Grass” et est lauréate du Prix Phonurgia Nova 2021 avec “Vagues de Chaleur”.

Avec le soutien d’Esch2022, Capitale Européenne de la Culture, ainsi que du Ministère de la Culture français, de la DRAC Grand Est, de la Région Grand Est, du Centre National de la Musique, de la Collectivité Européenne d’Alsace, du département Meurthe-et-Moselle, de la Ville d’Esch-sur-Alzette, de la Ville et Eurométropole de Strasbourg, du LISER (Luxembourg Institute of Socio-Economic Research), du festival Musica et du Puzzle Thionville.
En partenariat avec Residhome Luxembourg et le Cottage Luxembourg.

Crédits 

Texte : luvan

Musique : Charo Calvo

Prises de son : Marc Namblard

Illustration : Valérie Etterlen

Voix : Florine Chevrolet, Nelly Henrion, Agnès Sternjakob, Matëo Granger (version française), Florine Chevrolet, Nelly Henrion, Julia Whitham (version anglaise)

Studio Voix : Innervision

Direction artistique : Gaëtan Gromer

Production : Les Ensembles 2.2

Remerciements : Laura Daco du Musée National d’Histoire Naturelle de Luxembourg, Laure Caregari de la Schungfabrik, Marieke Jarvis du MUAR-Musee vun der Aarbecht Luxembourg

Thionville

2023-07-26T16:20:36+01:00

Détails:

Prix : Gratuit

Organisateur :

Esch2022

Lieu : Thionville, Moselle

France

Départ : Centre-Ville

SCIENCE-FICTION . SOLARPUNK . EXPLORATION

À partir de 10 ans

Durée : 60 – 90 min

Dans un futur lointain, les animaux humains et non humains se partagent le territoire. Ils
communiquent. On se déplace autrement. On sent l’espace autrement.

Doté·e de sens et d’affects nouveaux, tu explores l’espace métamorphosé que deviendra
Thionville. Les récits qui se dessinent à ton oreille sont parfois paisibles et beaux, parfois terribles.
Khôra t’offre une expérience narrative, polyphonique et poétique, de weird fiction, naturaliste.
Dotée de plusieurs strates vocales et musicales, la matière sera différente selon le moment où tu
t’y embarqueras. Khôra signifie en grec « territoire ».
Chez Platon, la khôra est l’espace en devenir, instable et mouvant. Elle se trouve entre l’être et le
non-être. Une substance informe contenant tous les possibles.

Dans le cadre de l’exposition « hIAtus » (Humain Intelligence Artificielle Terre Utopie Science)
organisée par le Puzzle à Thionville, Les Ensembles 2.2 ont développé un livre audionumérique
interagissant avec la position du lecteur dans la ville grâce à la géolocalisation. Fonctionnant via
l’application mobile GOH, ce projet invite tout un chacun à parcourir un récit à écouter.
Imaginé pour d’Esch2022, Capitale européenne de la culture, Khôra constitue l’épisode pilote de la
saga littéraire audionumérique In the field, dont les autres épisodes seront disponibles à partir de
février 2022.

En savoir plus

luvan est autrice. Son travail s’axe sur l’élaboration de lieux imaginaires complexes, à la fois utopiques et dystopiques, lui permettant de commenter et d’anticiper l’actualité. La fiction est pour elle un outil de réflexion sociale et politique. Passionnée par le son et les matières orales traditionnelles, elle écrit également des pièces de théâtre, pratique la performance et réalise des créations radiophoniques. Elle est membre actif du collectif d’écrivains de science-fiction Zanzibar aux côtés, entre autres, de Sabrina Calvo, Alain Damasio, Catherine Dufour et Léo Henry. Historienne de formation, luvan (de son vrai nom Marie-Aude Matignon) a vécu en Afrique, dans le Pacifique, en France, en Chine, en Scandinavie et en Belgique avant de s’installer en Allemagne.

Gaëtan Gromer mène une activité de création aux confluents de la composition, de la performance et de l’installation multimédia. Il utilise l’étonnant pouvoir de suggestion et d’immersion du sonore pour livrer un regard sur le monde, un point d’ouïe particulier, pour “dire” avec le son.  Il est l’un des lauréats du prix européen d’arts numériques Imagina Atlantica 2012 à Angoulême et a écrit la musique de Juste l’embrasser de Samuel Henry, prix SABAM au festival international du film fantastique de Bruxelles en 2008.

Antoine Spindler est altiste et enseignant à la Haute école des Arts du Rhin. Membre du Quatuor Ethos et de l’Ensemble Plurium, il a également joué au sein de l’ensemble Linéa et avec l’orchestre Philharmonique de Strasbourg. Il s’est produit sur de nombreuses scènes comme, par exemple, au Festival Musica à Strasbourg, à la Tonhalle de Zurich, ou encore à l’Asian-Pacific Contemporary Music Festival à Séoul en Corée du Sud. Il se spécialise dans les musiques électroacoustiques et mixtes, notamment avec le Live.Animated.Orchestra ou en intégrant le trio Jafta.

Avec le soutien de : La Drac Grand Est, La Région Grand Est, le Puzzle (Thionville) et Esch 2022, capitale européenne de la culture

Crédits:

Textes : luvan

Musique : Gaëtan Gromer & Antoine Spindler

Illustration : Valérie Etterlen

Voix : Florine Chevrolet, Pauline Leurent, Jack Reinhardt & Régis Kante

Studio voix : Innervision (Prise de son : Gwénaël Graff ; suivi : Julien Wagner)

Production : Les Ensembles 2.2, Strasbourg

Direction artistique : Gaëtan Gromer (Les Ensembles 2.2, Strasbourg)

Port du Rhin, Strasbourg

2023-07-26T16:20:49+01:00

Détails

Prix : Gratuit


Organisateur

Esch2022


Lieu

Quartier Port du Rhin, Strasbourg France

Début du parcours:

Point Coop, Rue du Port du Rhin

DOCUMENTAIRE . MEMOIRES . INCENDIES

À partir de 10 ans

Durée : 60-90 min

 

En pleine nuit, au bout d’un quai de la zone industrielle du Port du Rhin, quelque chose a brûlé. À travers tout le pays, des dysfonctionnements ont été constatés mais personne n’a vu le data center et sa nébuleuse de données disparaître dans les flammes. Sur place, il faut observer, arpenter, décoder les signes : écouter un paysage qui, peu à peu, se met à raconter une tout autre histoire. La mémoire a-t-elle une odeur quand elle brûle ? À quoi ressemblent ses cendres ? L’incendie fait resurgir d’autres nuits, d’autres disparitions, d’autres feux. Le long des quais portuaires, à la lisière du fleuve et de la forêt alluviale, se dessine la cartographie d’un territoire en mutation – un nuage de voix, de souvenirs, d’images. 

Port Data fait partie du projet In the field, créé pour la capitale européenne de la culture, Esch2022.

En savoir plus

Récit audionumérique, l’œuvre mêle fiction et composition musicale, mais est aussi enrichie de la participation des habitants qui transmettent des histoires de vies liées aux lieux, afin d’ancrer le projet sur le territoire. Implantée à différents endroits du Port du Rhin à Strasbourg, Port Data invite à la déambulation pour (re)découvrir ce quartier à travers le son. Hélène Gaudy arpentait le Port du Rhin lorsqu’elle était étudiante à l’École des Arts décoratifs de Strasbourg au début des années 2000. Désormais romancière, elle revient sur les lieux pour y inscrire une fiction musicale inspirée de la vie du quartier, dont la composition est réalisée par Gaëtan Gromer, Clara Olivares et Antoine Spindler.

Hélène Gaudy est romancière. Après des études d’arts plastiques, elle a mené de nombreux projets mêlant l’écriture, l’image et le paysage. Elle a publié des livres d’art, des ouvrages pour la jeunesse et plusieurs récits, dont Vues sur la mer (Les Impressions nouvelles, 2006, deuxième sélection du Prix Médicis), Plein hiver (Actes Sud, 2014), et Un monde sans rivage (Actes Sud, 2009) qui a figuré sur la sélection du prix Goncourt. Elle fait partie du collectif Inculte et du comité de rédaction de la revue La Moitié du fourbi.

Gaëtan Gromer mène une activité de création aux confluents de la composition, de la performance et de l’installation multimédia. Il utilise l’étonnant pouvoir de suggestion et d’immersion du sonore pour livrer un regard sur le monde, un point d’ouïe particulier, pour “dire” avec le son.  Il est l’un des lauréats du prix européen d’arts numériques Imagina Atlantica 2012 à Angoulême et a écrit la musique de Juste l’embrasser de Samuel Henry, prix SABAM au festival international du film fantastique de Bruxelles en 2008.

Clara Olivares est une compositrice strasbourgeoise. À vingt-trois ans, elle écrit son premier opéra, Mary, pour ensemble, marionnettes et électronique en temps réel, créé en 2017 par l’Ensemble XXI.n. En 2019, elle participe à l’Académie Opéra en création du Festival d’Aix-en-Provence et obtient le prix de Composition Nicola DeLorenzo. En 2020, elle obtient la bourse Beaumarchais-SACD pour écriture lyrique avec la librettiste Chloé Lechat. Elle est lauréate de la Fondation Banque Populaire depuis 2021. Clara Olivares est compositrice-associée de l’Orchestre de chambre de Paris pour les saisons 2020-2021 et 2021-2022.

Antoine Spindler est altiste et enseignant à la Haute école des Arts du Rhin. Membre du Quatuor Ethos et de l’Ensemble Plurium, il a également joué au sein de l’ensemble Linéa et avec l’orchestre Philharmonique de Strasbourg. Il s’est produit sur de nombreuses scènes comme, par exemple, au Festival Musica à Strasbourg, à la Tonhalle de Zurich, ou encore à l’Asian-Pacific Contemporary Music Festival à Séoul en Corée du Sud. Il se spécialise dans les musiques électroacoustiques et mixtes, notamment avec le Live.Animated.Orchestra ou en intégrant le trio Jafta.

Dans le cadre du Festival Musica et d’Esch2022 – Capitale européenne de la culture

Crédits

Textes : Hélène Gaudy

Musique : Gaëtan Gromer, Clara Olivares, Antoine Spindler

Prises de son : Marc Namblard

Avec la participation du quatuor Adastra

Comédiens : Anne-France Delarchand, Mathilde Melero, Milan Morotti, Jack Reinhardt, Audrey Vinel

Production : Les Ensembles 2.2

Coproduction : Festival Musica

Aller en haut